"Objectif Corée" 18 novembre 2002 © MINEFI - DREE

Version intégrale téléchargeable sur le site : http://www.dree.org/coree au format .pdf 
   

Actualités :

 - France-Corée à grande vitesse
    yves.dericaud@dree.org 
Un "bouquet" d'évènements franco-coréen…

Le Ministre délégué au Commerce Extérieur, François Loos, a donné, à l'occasion de sa visite à Séoul les 13 et 14 novembre, le coup d'envoi de la préparation de "France-Corée à grande vitesse", bouquet d'événements français et franco-coréens organisés à l'occasion de l'inauguration du TGV au printemps 2004.

sera organisé lors de l'inauguration du TGV…

Le TGV, c'est à la fois un produit de luxe, un bel objet, une vitrine technologique, un cas exemplaire de transfert de technique et de savoir-faire, et un grand projet d'infrastructure. Son inauguration sera un événement majeur de la coopération franco-coréenne et même du développement économique coréen. Elle sera aussi le véhicule idéal de promotion de l'excellence française, incontestable dans les cinq domaines précités.

…auquel participera le groupe Lotte…

Déjà la direction du groupe Lotte, de loin n° 1 de la distribution (et de l'hôtellerie) en Corée, à qui M. Loos a parlé du projet, est plus qu'intéressé et le fait sien. L'idée d'organiser des promotions françaises dans les grandes villes situées sur le trajet du train (c'est à dire non seulement à Séoul et Busan mais aussi à Taejon et à Taegu) semble l'enthousiasmer, tout comme elle intéresse vivement les sociétés françaises du secteur du luxe et de la consommation auxquelles elle a déjà été présentée.

… avec le soutien du Ministre du Commerce Extérieur.

Le Ministre a constaté un décalage sensible entre la réalité d'une Corée dynamique et professionnelle – à l'image de la communauté d'affaires qu'il a rencontrée – et la perception réductrice et frileuse qu'on en a encore trop souvent en France. C'est à réduire cet écart qu'il nous demande de nous attacher dans les deux années à venir. Il se propose d'y contribuer personnellement en revenant en Corée accompagné de représentants d'entreprises – PME surtout – aussi nombreux que possible. Ce pourrait être à l'occasion de "France-Corée à grande vitesse".

(Voir aussi notre dossier Korea train Express - KTX - TGV coréen)


Secteurs :

 - Tensions autour de la privatisation de Chohung Bank
     hubert.frederic@dree.org 
Vente de la majorité du capital de Chohung avant la fin du mois ?

L’Etat, détenteur de 80,05% de Chohung Bank via la KDIC, a décidé d’accélérer la privatisation de l’institution financière. Annoncée en janvier pour la fin de l'année, la vente devait initialement concerner 10% à 20% du capital de la banque, mais le gouvernement se dit aujourd’hui prêt à céder la majorité, en fonction de la qualité des offres. Le ministre des finances a affirmé sa volonté de mener à bien l’opération avant la fin de ce mois.

Au total, près de 15 groupes financiers se sont montrés intéressés par l’acquisition de parts de Chohung Bank, parmi lesquels 4 ont été retenus pour proposer une offre détaillée :

Shinhan alliée à la BNP Paribas favorite pour l’acquisition de 51% des parts

Le consortium emmené par Shinhan Bank désire acquérir 51% des parts de Chohung Bank et apparaît aujourd’hui le mieux placé pour remporter l’appel d’offres. La Korea First Bank avait également émis le souhait d'acquérir plus de 51% des parts, aidée par son principal actionnaire, Newbridge Capital Inc. Cette proposition, bien que très médiatique, ne semble pas avoir retenu l'attention du gouvernement.

La fusion de Shinhan et Chohung formerait la 2ème banque de Corée

Chohung Bank, avec un total d’actifs de 51 Mds USD et un portefeuille de crédits de 33 Mds USD au 30 juin 2002, est la 4ème banque du pays derrière Kookmin Bank, Woori Financial Group et Shinhan Bank. Une prise de participation majoritaire de Shinhan dans Chohung Bank pourrait former la deuxième banque de Corée dans l’optique d’une fusion.

Des inquiétudes quant au prix de cession des parts

Le gouvernement doit néanmoins affronter d'importantes pressions, à la fois politiques, patronales et syndicales. Des voix s’élèvent, tant dans les partis politiques d’opposition que parmi les employés de Chohung Bank – de la base jusqu’au CEO – pour s'inquiéter du prix auquel se réalisera la transaction. Elles estiment que le moment est mal choisi, qu’il faudrait se limiter cette année à une cession de 20% des parts de l’Etat et reporter aux exercices ultérieurs la vente du restant des parts :

Le prix de l’action paraît loin de son optimum…

1/ Le prix de l'action est aujourd'hui en dessous de sa valeur quote-part (5.000 KRW mettre partout chiffre avant unité et pas de point mais un espace entre les milliers ) à 4.500 KRW environ. Le prix actuel est de 60% inférieur à son niveau maximal de l'année (plus de 7.300 KRW fin avril). La capitalisation boursière de Chohung Bank est de 3.025 Mds KRW, pour 619 millions d’actions. Le capital de la banque est de 2,254 Mds USD au 30 juin 2002.

… alors que la banque annonce des résultats « optiquement » médiocres

2/ Sur les 9 premiers mois de l'année, le résultat net de la banque s’élève à 11,2 Mds KRW, contre 245,9 Mds KRW pour les 9 premiers mois 2001. Le 3ème trimestre 2002 s’est achevé avec 43 Mds KRW de pertes, principalement dues à la baisse de la valeur boursière des titres, mais également à la provision de plusieurs créances. La banque espère plus de 1.000 Mds KRW de résultat net l'année prochaine après le nettoyage de son portefeuille de crédits cette année.

Les syndicats appellent à la mobilisation, le personnel de Chohung semblant rejeter la possibilité d’une fusion avec Shinhan

Dans les conditions actuelles, certains prétendent qu’il sera difficile au gouvernement d'obtenir un prix correspondant au potentiel de la banque. La perte de l'Etat par rapport à ses engagements sur Chohung lors de la crise pourrait se monter à plus de 1 Md USD.

 

 - Vers une administration sans papier
     julien.rupe@dree.org 
     guillaume.briand@dree.org  
159 télé services utilisent la signature électronique

Une nouvelle étape vient d'être franchie dans la mise en place du projet de e-gouvernement, cher aux autorités coréennes. Depuis le 1er novembre, les services en ligne de 5 administrations ont été réunis sous un portail Internet unique (www.egov.go.kr). Désormais, 393 télé services sont accessibles aux particuliers et aux entreprises. 159 d'entre eux utilisent la signature électronique et permettent ainsi d'effectuer en ligne des démarches qui auparavant nécessitaient de nombreux déplacements.

Taxes locales et amendes sont payables en ligne

Parmi les services disponibles, on trouve la déclaration de changement d'adresse ou encore la demande de remboursement de soins médicaux. Il est également possible de vérifier le détail du calcul des impôts et de les payer en ligne, via les services Internet des banques. La sécurité des transactions est assurée par une infrastructure à clé publique, qui est fournie par un organisme privé, la Korea Information Certificate Authorithy, avec son logiciel SignGate Toolkit. Certaines démarches sensibles, comme la demande de passeport, ne sont toutefois que partiellement réalisables en ligne.

Un budget de 198 M pour le projet G4C

D'un budget total de 240 Md KRW (198 M), l'ambitieux projet Government For Citizen (G4C) a été lancé en 2001, avec l'annonce des 11 priorités du e-gouvernement en mai et l'adoption de l'e-government act en juillet. Ce texte définit les concepts de document électronique et de signature électronique et permet ainsi de proposer de véritables services en ligne, beaucoup plus avancés que le simple téléchargement de formulaires.

75% des documents administratifs devraient être traités électroniquement en 2003

Outre les services destinés aux citoyens, le projet d'e-gouvernement rentre dans un cadre plus large qui vise à aboutir, à l'instar des appels d'offres du gouvernement, maintenant effectués via internet, au traitement des démarches administratives uniquement par voie numérique.

Un objectif de 1,48 Md d'économies annuelles

Etant donnée l'appétence des Coréens pour l'Internet, le gouvernement attend des retombées significatives rapidement. L'objectif affiché par l'Etat est d'atteindre à terme une économie annuelle de 1800 Md KRW (1,48 Md ), réalisée sur la baisse des dépenses de fonctionnement. La Corée est, rappelons le, le premier pays en matière de pénétration du haut débit, avec 64% des foyers connectés, auxquels s'ajoutent 25.000 "PC Bang" (cafés Internet) répartis sur tout le territoire.

A présent, le gouvernement s'attache à développer une version du site accessible aux téléphones mobiles et aux PDA ainsi qu'à inclure un service en anglais.

 

 - Le succès de la vente des produits cosmétiques en porte-à-porte
     jean-pierre.gouault@dree.org  
Les clientes coréennes veulent réduire leurs déplacements

Les spécialistes sud-coréens du secteur des produits cosmétiques expliquent le succès de la vente en porte-à-porte dans leur pays par le fait que les réseaux de distribution « moderne », comme la vente par Internet ou la vente en magasins, sont aujourd’hui saturés. Les grandes entreprises du secteur, toujours à la recherche de nouvelles parts de marché, réalisent qu’elles doivent maintenant amener «leurs crèmes et poudres» directement chez les clientes.

Les ventes en grands magasins et en magasins indépendants restent importantes, mais la part de la vente en porte-à-porte croît plus rapidement

Autre changement constaté, les produits proposés ne sont plus majoritairement importés mais fréquemment fabriqués par des sociétés coréennes.

Les consommatrices disposent donc d’un large choix parmi les modes de distribution disponibles et les ventes directes s’y taillent une part croissante.

L'exemple de LG Household & Healthcare (LG H&H) est probant : en 2001, 51% du total des ventes de la branche cosmétique étaient réalisés par les ventes directes ; ce chiffre n'était que de 35% en 1998. La vente en porte-à-porte possède deux avantages principaux pour les entreprises : elles sont plus lucratives car les coûts pour assurer la promotion des produits sont plus bas qu'en magasins. De plus, les produits cosmétiques vendus en porte-à-porte sont des produits "haut de gamme" avec un tarif souvent plus élevé que celui affiché en magasin.

Dans un pays où "les femmes seraient prêtes à donner leur vie pour être belles", le réseau de la vente en porte-à-porte à de beaux jours devant lui

D'une manière générale, et quel que soit le réseau de distribution, personne ne prévoit un ralentissement des ventes globales de cosmétiques dans un pays où, selon la présidente de Mary Kay Korea, "les femmes seraient prêtes à donner leur vie pour être belles".


Statistiques

PIB 2001

422,2 milliards USD

PIB/habitant 2001

8.918 USD

Chômage

2,5% (septembre 2002)

Inflation

2,8% (octobre 2002)
Won / Dollar
Won / Euro
1.203 (18/10/2002) 1.215 (18/10/2002)
Sources NSO et BOK

Clause de non-responsabilité

La Mission Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication qui ne vise pas à délivrer des conseils personnalisés qui supposent l’étude et l’analyse de cas particuliers.


Éditeur :
      Mission Économique de Séoul
Adresse :Kangnam P.O Box 2165 – Séoul, 135-621
              http://www.dree.org/coree 
Directeur de la publication :Yves de Ricaud yves.dericaud@dree.org 
   Date de parution : 18 novembre 2002
    
   Abonnement : en ligne http://www.diffusion.dree.org/ e-mail : izabel.deuff@dree.org 

 

SOMMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Table DREE, Séoul